Réparer est une bonne chose. Pourquoi ?

Qu’il s’agisse des déchets électroniques, qui constituent le flux de déchets qui croît le plus rapidement dans le monde, ou des matières premières utilisées dans nos appareils, qui sont extrêmement difficiles à recycler, du nombre d’emplois créés par le secteur de la réparation ou des émissions économisées lorsqu’on prolonge la durée de vie d’un produit, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles la réparation est le bon choix pour la planète, ainsi que pour nos portefeuilles.

Mais pour que la réparation devienne la norme, nous devons supprimer les obstacles actuels que les fabricants mettent en place pour limiter – et parfois empêcher – la réparation afin de pouvoir vendre davantage de produits.

Nous avons tous vécu l’expérience d’un écran cassé coûtant presque autant qu’un nouveau téléphone, de l’absence de pièces de rechange pour ce vieux grille-pain en parfait état, ou de l’expiration de l’accès aux mises à jour de sécurité, ce qui vous laisse avec un matériel en état de marche mais non sécurisé.

Ces obstacles, tant physiques que logiciels, doivent être supprimés au niveau politique. Nous avons besoin de réglementations qui permettent aux professionnels, aux réparateurs de quartier et aux consommateurs individuels de réparer et de prolonger la durée de vie de leurs produits.

C’est pourquoi Circular.brussels a rejoint la campagne « Right To Repair ». Les personnes à l’origine de cette campagne travaillent d’arrache-pied pour faire du droit universel à la réparation une réalité, partout en Europe, et elles se heurtent à certaines des plus grandes entreprises du monde.

Le réseau de la campagne sur le droit à la réparation est constitué d’organisations basées dans différents pays européens, représentant des organisations de la société civile, des ateliers de réparation, des initiatives de réparation communautaires et des agences gouvernementales.

Ils participent à l’élaboration de la campagne et forment une communauté européenne de personnes qui souhaitent que les produits durent plus longtemps et soient plus facilement réparables. En tant qu’organisation à but non lucratif dédiée au renouvellement du matériel TIC usagé, Circular.brussels est très fière de faire partie de ce réseau afin de sensibiliser le public aux nombreux problèmes qui nous empêchent d’utiliser et de réparer les technologies plus longtemps et à ce que les décideurs politiques doivent faire pour résoudre ce problème.

Si vous souhaitez faire partie du réseau, vous pouvez devenir membre ici.

 

Circular.brussels

Author Circular.brussels

More posts by Circular.brussels

Leave a Reply